Le marché du poker en ligne pour l’Europe ce n’est pas pour bientôt

Le marché européen du poker en ligne n’est pas pour tout de suite si l’on en croit le directeur adjoint de l’unité Services en ligne et Services postaux, de la direction générale Marché Intérieur et Services, de la Commission Européenne, Harrie Temmink. Bien que ce partage de liquidité sur un marché global européen revienne souvent sur le tapis, sa réalisation n’est pas encore envisageable. La Commission Européenne ne semble pas vouloir franchir le pas. Il est en effet évident que ce sujet est d’une grande complexité. Un marché commun pour l’Europe « .eu » en ce qui concerne le poker en ligne ne se fera pas, du moins pour l’instant.

Les déclarations lors d’une conférence à l’ICE Totally Gaming

Durant une des conférences organisées lors de l’ICE Totally Gaming 2015 (du mardi 3 au jeudi 5 février), Harrie Temmink a pris la parole pour clarifier les choses. En effet, il a mis l’accent sur l’importance pour les opérateurs de disposer d’une licence dans chacun des pays où ils souhaitent exploiter les jeux. Une licence accordée par un État membre de l’Union Européenne n’est pas un sésame pour les marchés des autres pays européens.

Temmink a également souligné que les États membres ont pour responsabilité de mettre en place un système d’attribution des agréments non discriminatoire. Le directeur adjoint de l’unité Services en ligne et Services postaux, de la direction générale Marché Intérieur et Services, de la Commission Européenne a insisté sur l’importance d’une collaboration et d’un échange d’information entre les régulateurs. Mais de son discours, on a pu comprendre qu’un marché commun à l’échelle de l’Union Européenne n’est pas encore au programme.

Un système différent pour chaque pays

La mise en place d’un marché européen pour un partage de liquidité ne peut pas aboutir dans la conjoncture actuelle. En effet, certaines autorités de régulation ont choisi un système fermé pour leur marché des jeux d’argent et de hasard. La France, l’Italie et l’Espagne sont les États membres ayant opté pour ce système. La Belgique, le Royaume-Uni et le Danemark adoptent quant à eux un système ouvert. D’autres pays, par contre, gardent une situation de monopole et d’autres encore restent dans une situation de marché gris. Il va sans dire qu’avant d’unifier ces marchés, il est indispensable de trouver un terrain d’entente.

Mais là encore, un marché européen du poker en ligne reste incertain, voire utopique. Harrie Temmink a précisé qu’une uniformisation des standards ne signifie pas la mise en place d’un régulateur européen accordant des licences pour un marché commun européen. Il a d’ailleurs souligné que la Commission Européenne n’est en aucun cas une autorité de régulation. Il va de soi donc que la volonté de la Commission pour la mise en place d’un cadre européen global pour les jeux de hasard en ligne n’aboutira pas, du moins pour l’instant, à l’établissement de règles à l’échelle de l’Union sur les jeux de hasard en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *